La démarche

Cit’abeille a pour objectif d’apporter sa pierre à l’édifice de la lutte contre la disparition massive des abeilles. En effet, le rôle des insectes pollinisateurs est vital pour l’équilibre des écosystèmes et pour la pérennité de la biodiversité. Par ailleurs le tiers de la nourriture que nous consommons est le résultat de la pollinisation.


p1030008.jpg

Essaim d’abeille perché dans un arbre.

Dans notre pratique apicole, nous faisons le choix :

  • de l’abeille rustique, qui rentre moins en concurrence avec les autres pollinisateurs (eux aussi en danger) que les abeilles hybrides.
  • d’une apiculture qui exclut tout traitement chimique, par le choix de matériaux naturels et de peintures écologiques pour les ruches et par le refus des traitements antibiotiques et chimiques des colonies.
  • d’une pratique raisonnée de l’apiculture inspirée des préceptes de l’apiculture biologique et bio-dynamique, qui respecte les rythmes de l’abeille.
  • de limiter au maximum notre impact sur l’environnement. Ainsi, nous nous déplaçons à l’aide d’un utilitaire électrique, alimentons la miellerie avec l’électricité de la coopérative Enercoop (fournisseur d’électricité verte). Par ailleurs, nous avons rénové notre miellerie avec des matériaux naturels et écologiques. Sur nos terrains nous pratiquons la gestion différenciée et utilisons des outils mécaniques comme les faux, faucilles, ou bien encore grelinette.

 


Le bien-être de la ruche est notre souci n°1, et est la condition de la qualité des trésors que nous offrent les abeilles !

Nous avons choisi d’installer nos ruchers dans des zones urbaines ou semi-urbaines qui sont devenues des lieux plus propices à la survie des abeilles par la diversité de la flore et la quantité moindre de pesticides présents dans l’environnement.

De nombreuses menaces planent sur les abeilles, toutes étant directement ou indirectement en lien avec les activités humaines. Première de ces menaces, les pesticides, qu’ils soient utilisés en agriculture ou par des particuliers, sont responsables de l’affaiblissement général des colonies. La pauvreté florale manifeste dans certaines régions de France où la grande culture a pris le pas sur la diversité crée également des carences pour les abeilles. Autre source d’inquiétude, les OGM qui sont définitivement incompatibles avec l’apiculture. Les abeilles sont également touchées par le varroa, petit acarien qui se fixe sur les larves, et affaiblit les colonies. Un certain nombre de produits chimiques utilisés en apiculture favorisent l’effet cocktail, ce qui contribue également à la disparition des abeilles.
Ainsi et par exemple, entre l’automne 2011 et le printemps 2012, 70 000 colonies (la moitié des colonies helvétiques) auraient disparu en Suisse.
En France le nombre d’apiculteurs a baissé de 17% entre 1994 et 2005 c’est à dire qu’il y a près de 15000 apiculteurs (notamment les petits producteurs) en moins. Alors que l’on consomme environs 40000 tonnes de miel en France seulement 20000 tonnes y sont produites (contre 32000 tonnes en 1995).

Cit’abeille veut, à son échelle, contribuer activement à la construction d’un monde durable et à la protection de la biodiversité !

Dans notre pratique d’éco-pâturage, nous faisons le choix du bien-être animal :

  • les chèvres sont élevées uniquement en plein air. L’hiver elles sont nourries avec des aliments issus de l’agriculture biologique.
  • nous faisons appel à notre vétérinaire pour s’assurer de la bonne santé des animaux, au moindre doute.
  • les chevreaux/chevrettes sont sevrés naturellement par leur mère.
  • nous travaillons sans chien afin de nouer une relation à l’animal qui soit basée sur la confiance plus que sur la peur.
  • nous passons au maximum tous les 2 jours sur chaque site autonome.

Par ailleurs, nous inscrivons également l’éco-pâturage dans une logique de respect de l’environnement :

  • nous faisons la majorité des déplacements et visites de contrôle en vélo électrique. Nous utilisons pour les déplacements d’animaux un utilitaire essence pour lequel nous faisons une compensation carbone.

Une réflexion sur “La démarche

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s